mardi 25 février 2020

CENTRE d'AVIATION de BREST LANINON - HYDRAVIONS

CENTRE d'AVIATION de BREST-LANINON

En 1916 il fut décidé de constituer un centre d'hydravions à BREST. Le lieutenant de vaisseau THIERRY pilote de dirigeable porta son choix sur le terre plein des Quatre-Pompes, à Laninon, en bordure de la rade de Brest. Approuvé dès le mois de novembre 1916 par le ministre, l'installation aux Quatre-Pompes était alors prévu pour quatre appareils. Un hangar en bois et toile de 28 m sur 20 devait donc suffire à l'installation, mais dans l'attente de ces aménagements une base fut installée à Camaret de l'autre coté de la rade au pied de la tour Vauban dès le mois de décembre 1916. En 1917 l'unité administrative "centre d'aviation maritime de Brest" comptait le centre de Camaret, un poste de relâche à Ouessant, un poste de combat à Tréguier, un centre de ballons dirigeables à Guipavas et un centre de ballons captifs à Brest-Laninon.
Les États-Unis déclare la guerre à l'Allemagne le 6 avril 1917. En juillet une flottille américaine arrive à Brest. La base navale américaine est créé. D'autres navires viendront renforcer cette première flottille en août et septembre. Leur mission est d'assurer la sécurité des convois venant des États-Unis,  menacés par les sous-marins Allemands, qui débarquent à Brest troupes et matériels. En janvier 1918 le terre plein des Quatre-Pompes, à Brest était repris par l'US NAVY qui choisit d'y installer une base importante. Ils édifièrent quatre hangars abritant des hydravions "CURTIS" H 16. Le centre américain de Laninon fut le plus important de l'US NAVY en France. L'effectif fut de 53 officiers et de 486 marins.

 Les hydravions sur la rade.

 Les hangars du centre d'aviation et les hydravions sur la rade.

Le centre d'aviation et l'escadre.

 Vue aérienne du centre d'aviation de l'US Navy.

 Entretien des hydravions.

 Maintenance des hydravions.

 Plutôt décontracté le garde.

 Un autre hydravion en maintenance.

Les hydravions devant les hangars.

Le centre de l'US Navy fonctionnait avec 30 hydravions. Ceux-ci arrivaient en pièces détachées et étaient remontés et essayés. La base ne sera vraiment opérationnelle qu'à la fin du conflit, en novembre 1918. L'armistice entraînera sa cession à l'Aviation Maritime Française qui en prit possession et y transféra le personnel et l'équipement du centre d'aviation de Camaret qui fut donc supprimé. Le centre d'Aviation Maritime de Brest-Laninon prit rapidement son régime de croisière et connut pendant plus de 15 ans une grande activité jusqu'à son transfert en 1936 à la nouvelle Base Aéronavale de Lanvéoc  Poulmic.
Le Centre d'Aviation Maritime de Laninon était doté des formations suivantes :
1) L'escadrille 2SI de surveillance.
2) La section d'entrainement des élèves de l'École Navale.
3) Le parc d'ouvriers de l'arsenal qui révisaient  et réparaient les hydravions.

Photos : National History&Heritage Command + cartes postales

vendredi 31 janvier 2020

Courriers des militaires Néo-Zélandais en Nouvelle Calédonie 1942/44 - New-Zealand

Courriers des militaires Néo-Zélandais en Nouvelle Calédonie 1942/44 - New-Zealand

Après l'établissement d'une importante base américaine à Nouméa, en mars 1942, la Nouvelle Zélande est sollicitée pour fournir une contribution à l'effort de guerre allié dans le Pacifique. Aussi, dès juillet 1942, le Squadron 9 de la RNZAF et ses 280 aviateurs sont-ils dépêchés sur l'aérodrome de la Plaine des Gaïacs. Puis à compter de novembre 42, ce sont les 17.000 militaires de la 3é division d'infanterie NZ , comprenant un état-major et 3 brigades. Ils seront principalement cantonnés sur la côte ouest (8é Brigade à Népoui/Bouloupari), au Nord (14é Brigade à Ouaco/Koumac) et sur la côte Est (15é Brigade à Néméara). Fin août 1943, les gros des troupes Néo-Zélandaise quitte la Nouvelle Calédonie pour aller soutenir l'offensive américaine dans les îles Salomon. La 3é Division reviendra e Nouvelle Calédonie en mai/juin 1944, pour un court séjour avant dissolution et rapatriement en Nouvelle Zélande, les derniers éléments quittant Nouméa début octobre 1944.

Pour assurer les besoins postaux, la 3é Division est dotée d'un bureau central (Base Post Office), avec adresse codifiée APO 150, ainsi que neuf bureaux secondaires (Field Post Office) au près des principales unités. Les militaires Néo-Zélandais bénéficiaient de la franchise postale mais, pour des raisons de sécurité, leurs courriers ne supportaient ni timbre, ni cachet dateur, ni identification d'unité. Dès lors il n'est pas facile de distinguer l'origine des plis (Fidji, Tonga, Salomon ou Nouvelle Calèdonie), la plus part des enveloppes étant frappées de l'anonyme tampon "NZEF FIELD POST OFFICE" accompagné du cachet de censure.

L'on trouve aussi des plis estampillés APO 150 (avec ou sans n° de 1 à 10). Ces derniers ne donnent guère plus d'indication, des restructurations au sein de la 3è division ayant amené certains bureaux à échanger leur matériel postal :

Base Post Office (APO 150 et 150/10)
Ouvert du 16/11/1942 au 07/10/1944 à Nouméa, Bourail puis retour à Nouméa.


Field Post Office (APO 150/8)
Ouvert du 30/11/1942 au 20/05/1943 à l'aérodrome de la Plaine des Gaïacs
                                            New Zealand                             New Zealand Army
                                       Expeditionary Force                             Post Office

Field Post Office (APO 150/5)
Ouvert du 05/01/1943 au 26/09/1944 à Nouméa

Field Post Office (150/2 et 150/6)
Ouvert du 05/01/1943 au 01/08/1944 à Népoui

                       

Field Post Office (APO 150/7 et 150/9)
Ouvert du 07/01/1943 au 15/08/1943 à Ouaco puis Koumac.
Ré-ouvert du 01/06/1944 au 01/08/1944.



Fied Post Office (APO 150/1 et 150/3)
Ouvert du 08/01/1943 au 15/08/1943 à Moindah.
Ré-ouvert du 01/06/1944 au 21/08/1944.


Field Post Office (APO 150/2 et 150/6)
Ouvert du 12/01/1943 au 10/08/1944 à Némaera


Field Post Office (APO 150/4 et 150/8)
Ouvert du 12/01/1943 au 27/08/1943 à Bouloupari
Ré-ouvert du 25/05/1944 au 01/08/1944

 

Field Post Office (APO 150/8)
Ouvert du 12/04/1943 au 19/05/1944 à l'aérodromme de la Tontouta

Field Post Office (APO 150/6 et 150/9)
Ouvert du 17/05/1943 au 23/08/1944 à Bourail.


Malgrè la disparition d'une partie des archives militaires, les études menées notamment par Robin Startup permettent d'y voir plus clair. En associant certaines marques postales aux cachets de censure, il est désormais possible d'identifier avec certitude nombre de courriers calédoniens. Les marques APO 150/2, APO 150/5 et 150/6, n'ont été utilisés qu'en Nouvelle Calédonie. Quand aux cachets de censure, avec n° inscrit dans un triangle, il apparaît là aussi que certains ont uniquement servi en Nouvelle Calédonie. A savoir les N° 11, 12, 20, 25, 31, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 49, 51, 52, 57, 61, 62, 64, 65, 66, 67,70, 71, 76, 79, 81, 82, 83, 84, 113, 114, 115, 117, 118, 119, 120, 122, 123, 124, 127 et 130.

Cachets pour plis officiels

Vu à l'APO 150/1                         Vu à l'APO 150/3

                                       Vu à l'APO 150/5                           Vu à l'APO 150/10
Ces cachets ou tàd ont été utilisés uniquement sur les plis officiels.

Pour les autres courriers des militaires néo-zélandais d'origine calédonienne, seules les correspondances associées peuvent déterminer de manière certaine leur origine.

Merci à Yvan pour son aide.









vendredi 24 janvier 2020

Frégate l'ASTRÉE au PACIFIQUE - PLOUDALMÉZEAU

Frégate l'ASTRÉE

Division navale du Pacifique

Enveloppe de Ploudalmézeau (28 Finistère) du 13 novembre 1869 pour la Frégate ASTRÉE Division Navale de l'Océan Pacifique


De 1868 à 1871 l'ASTRÉE porta le pavillon du contre-amiral Georges Cloué commandant la station navale du Pacifique. Celle-ci se composaient de la Frégate Astrée, des avisos La Motte-Piquet, d'Entrecasteaux et du transport la Mégère.

La frégate l'ASTRÉE quitte Lorient en juin 1868. Après escale aux Canaries, au Cap Vert, à Montévidéo, elle passe le canal de Magellan et les canaux de Patagonie. Suivent ensuite les escales du Pérou puis Panama, San Francisco, l'île de Vancouver, retour à San Francisco. Puis l'Astrée fit route vers Tahiti où elle fît relâche du 7 septembre au 24 novembre 1869. L'année suivante l'Astrée venant de Nouvelle Calédonie par les Marquises est à nouveau à Tahiti du 22 juin au 1er septembre 1870. Il y avait à bord 432 membres d'équipage.

mercredi 4 septembre 2019

NOUVELLE CALÉDONIE - 12é régiment d'infanterie de marine (1895)

12émé Régiment d'Infanterie de Marine

en Nouvelle Calédonie


 

Enveloppe de Nouméa du 12éme Régiment d'Infanterie de Marine avec tàd Correspondance d'Armées - Nouméa du 22 novembre 1895 et tàd Ligne T PAQ FR N° 1 du 27 novembre 1895. Enveloppe mise sur le paquebot Armand BÉHIC

Le paquebot Armand BÉHIC arrive à NOUMÉA
Le paquebot Armand BÉHIC, des Messageries Maritime, est lancé au chantier de LA CIOTAT en 1891. Il est mis en chantier sous le nom de Tasmanien. Il prend le nom d'Armand BÉHIC au décès de l'homme politique français et fondateur de Messageries Maritimes. De 1891 à 1903, il est chargé de la ligne martime allant de la Méditerranée jusqu'en Australie et la Nouvelle Calédonie, puis, de 1903 à 1912 jusqu'à d'autres ports d'Extrême-Orient. Démoli en 1924.